15 mai 2008

Ecoute les "Tic tac" de la montre du lapin blanc pour trouver la sortie du labyrinthe avant que la reine nous coupe la tête...

17595246_p

Je m'appelle Alice et c'est peut être un signe parce que je me suis perdue. Je ne me souviens plus depuis combien de temps. J'ai l'impression de m'être réveillée quelque part où je n'aurais pas dû être. Je suis quelqu'un d'ordinaire. D'atrocement ordinaire. Mais qui n'est pas normale parce qu'elle ne l'accepte pas. Pathétique à force d'essayer de se trouver un talent, peu importe lequel, du moment de ne pas rester noyée dans la masse. J'ai la haine en guise de motivation, c'est la seule chose qui me reste: vomir ce monde dégueulasse où la seule vertu est l'égoïsme. Chaque année, chaque mois, chaque jour, chaque heure, chaque minute, et chaque seconde qu'on nous donne nous consume, nous tue, sans aucun but. J'ai essayé de donner un sens à ma vie, à nos vies, sans succès. On naît pour mourir: c'est d'une vérité absolue. Naissance, mort: ce sont les deux antonymes auxquels se résument nos vies. Et la vie dans sa grande cruauté a pris grand soin de nous cacher à qui ou à quoi nous devions cette cruelle farce. Alors j'essaye de partir, de quitter cet endroit qui n'est pas fait pour moi mais je finis toujours par revenir, forcée d'assister au spectacle gerbant de l'humanité pitoyable, à laquelle je refuse de donner l'honneur du H majuscule, qui se débat comme elle peut pour exister misérablement. Alors je me retourne contre moi-même, essayant de trouver des réponses, des raisons ou même des excuses d'être encore là sans jamais en trouver de satisfaisantes. Alors je me coupe pour me punir de détester un monde aux valeurs écoeurantes auquel j'adhère en respirant cet air, son air putride et crade qui s'alourdit chaque jour un peu plus pour nous empêcher de nous élever. Alors je me tape la tête contre les murs pour faire taire cette douleur incessante qui me rappelle que je ne suis rien quelque part où rien n'est sensé. Plus le temps passe, plus j'ai l'impression que je ne m'en sortirais pas. Peut être que finalement cette chose qu'on appelle « dépression » et qu'on essaye de tuer à grands coups de médocs n'est qu'un simple rappel à l'ordre pour les gens qui ne croient pas en la fatalité, que ce mal être omniprésent n'est qu'une leitmotiv à nos angoisses de nous nouer plus fort les tripes jusqu'à ce qu'on en crève.

Posté par Littlemiette à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Ecoute les "Tic tac" de la montre du lapin blanc pour trouver la sortie du labyrinthe avant que la reine nous coupe la tête...

    Non , non , non

    Quand on tombe , c'est pour se reveler
    La dépression n'est pas une fatalité
    et c'est " presque" plutôt bon signe par ces temps qui courrent
    Cela signifie qu'autrui t'intéresse et c'est un début
    cherche de toutes petites choses qui vont te mettre du baume sur
    tes blessures , fais toi plaisir , de menus plaisirs
    mais essaie
    et si tu n'y arrives pas recommence le lendemain
    surtout ne sois pas méchante avec toi
    tu es UNIQUE
    il faut simplement que tu te découvres
    des fois ça met du temps c'est tout
    Allez
    que la force soit avec toi

    Posté par Cassiopée, 01 octobre 2007 à 18:25 | | Répondre
  • Taguée ......

    Attrapez un livre le plus proche allez à la page 18
    et écrivez la quatrième ligne :


    sans vérifiez , quelle heure est-il ?


    vérifiez


    que portez vous ?


    avant de répondre à ce questionnaire que faisiez vous ?



    quel bruit entendez vous à part celui de l'ordinateur ?


    quand êtes vous sortie pour la dernière fois et qu'avez vous fait ?


    avez vous rêvé cette nuit ?


    quand avez vous ri pour la dernière fois ?


    qu'y a-t-il sur les murs dans la pièce où vous êtes ?


    si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit quelle est la première chose que vous achéteriez ?



    quel est le dernier film que vous avez vu ?


    avez vous vu quelquechose d'étrange aujourd'hui ?


    prénom de votre enfant si c'était une fille ?


    prénom de votre enfant si c'était un garçon ?


    avez vous déjà pensé à vivre à l'étranger ?


    que voudriez vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du paradis ?


    si vous pouviez changer quelquechose dans le monde en dehors de la culpabilité la politique que changeriez vous ?


    aimez vous danser ?

    Georges Bush ?

    quel est la dernière chose que vous avez regardée à la TV ?

    Posté par Cassiopée, 02 octobre 2007 à 14:06 | | Répondre
  • Hu my phrase...

    Pour moi tu n'es pas ordinaire. Les gens ordinaires n'ont pas l'impression de l'être. Mais en même temps qui est ordinaire? Chacun est unique même si il ne le montre pas. Pour le talent, même si on ne croit jamais les autres, je pense que tu en as. Du moins tu es créative. Enfin ce que je dis ne sert à rien puisque d'après tes propres mots "Pathétique à force d'essayer de se trouver un talent, peu importe lequel, du moment de ne pas rester noyée dans la masse." je ne fais qu'illustrer ton exemple.Ce texte est très bien écrit, mais c'est assez facile d'écrire sur le mauvais côté. De placer les défauts avant les jolies choses. En même temps les auteurs cyniques ont plus de succés que ceux qui compte le bonheur. Comme quoi les gens aiment avoir peur.

    En éspérant qu'un jour tu arrives à voir ton monde avec un peu plus nuances que noir et gris. Mais je ne veux demander pas l'impossible, personnes ne voit la vie complétement en rose.

    Posté par Misâ, 02 octobre 2007 à 21:35 | | Répondre
Nouveau commentaire